BBS Logo
 
  HOME     ABOUT US     CHAT     BBS     LOVE NOTES     PHOTO ALBUM     SONGS     ANGKOR WAT     LINKS  
Post Response | Return to Index | Read Prev Msg

POLITICS FORUM

Viet crime continues " K5"

Posted By: Mahendra (wayport.net)
Date: Tuesday, 1 April 2003, at 1:28 a.m.

CAMBODIA - The K5 Plan
(Document for the Consultative Group meeting in Paris. 25-26 May 2000)

POL POT NUMBER TWO STILL ALIVE Crimes against humanity committed by the Khmer Rouge under the leadership of Pol Pot from 1975 to 1979 should not make us forget other crimes of the same nature, albeit committed on a smaller scale, also perpetrated in Cambodia. These are crimes committed from 1984 to 1989 under the regime of the People's Republic of Kampuchea with Mr. Hun Sen as Prime Minister. The following is a five-page extract from Doctor Esmeralda Luciolli's book "Le Mur de Bambou - Le Cambodge après Pol Pot" (The Bamboo Wall: Cambodia after Pol Pot) published in 1988 by Régine Deforges Edition - Médecins sans Frontières (Distributed by Albin Michel). THE BAMBOO WALL

The decision to build what would be soon called the "bamboo wall" was never publicly announced. In July 1984, mysterious rumors some bits of which reached us circulated among the Cambodians. From now on each one must go to the border for several months a year, in regions mined and highly infected by malaria, to build some new sort of Chinese Wall between Cambodia and Thailand. The idea looked so foolish that many foreigners thought they were seeing only an example of the Khmers' supposed tendency to exaggerate. After a few weeks, they had to accept the facts: departures began and these labors soon became an obsessive fear of all Cambodians. The Vietnamese army had started to enlist Khmer civilians to do strategic work since 1979. Early on, in the autumn of 1982, the population was made to participate in "socialist service". This work consisted of building dams, roads and earthworks near their dwellings and proved to be useful to the inhabitants. But very quickly, this task took a strategic turn and the peasants were ordered to clear the surrounding forests and build protective barriers around the most important dwelling centers. Starting in 1983, the population was made to create fences out of two or three rows of prickly shrubs or bamboo, sometimes lined by mine fields, around the villages. The people were also forced to set up defensive barriers along the railroads, around the bridges and at strategic points of the highways. (...) However, the first chores lasted only a short time and did not require any displacement of the population. In 1984, a new stage was reached: the population of the country was mobilized for gigantic labors officially designated as "work to defend the fatherland". At the beginning of that year, the Vietnamese authorities decided to seal the Thai border. The dry season offensive of 1984-1985 destroyed the major camps of the resistance located in those areas. To reinforce this victory they had to tightly seal the country against infiltration by the guerrillas and prevent the population from fleeing to the border. To this end, the decision to set up a "defense line" eight hundred kilometers long was made in Hanoi, in early 1984, by the Vietnamese Communist Party's central committee. (See "Cambodia, a new colony for exploitation" by Marie-Alexandrine Martin, Politique internationale, July 1986 and "The military occupation of Kampuchea", Indochina Report, September 1986). The construction of that Asian "wall" was to be implemented in several steps : first, clearing of a strip of land three to four kilometers wide along the border, through forests and mountains; then excavating trenches, setting up dams, building bamboo fences lined with barbed wires and mine fields; and finally opening a strategic road running along the "wall", to convey troops and ammunition and monitor the frontier. Cambodian authorities were in charge of the project implementation. Everything leads us to believe that this work was to be done as rapidly as possible, whatever the cost in human lives and the economic consequences, in order to "fight against Polpotist bandits in the forest, who since the destruction of their camps all along the Thai border infiltrate the country to steal food and please their masters in Peking or Washington" (Radio Phnom Penh, 21 September 1986). These Herculean labors recall the gigantic ones undertaken during Pol Pot's time. Haven't the present leaders a common past and ideology with the ones in charge of the preceding regime? The requisitioning of civilians started in September 1984. The Cambodians often refer to the departure to the "clearing" duty as a new "April 17". (17 April 1975 marks the entry of the Khmer Rouge in Phnom Penh and to most Cambodians the beginning of an ordeal). The work is designated by the mysterious acronym "K5", which the Cambodians, when asked, did not know the meaning of. Each Cambodian province was assigned the task of building a section of the wall. Twice or three times a year a contingent of workers, so-called "volunteers", were recruited for periods varying from three to six months, according to the quota set by the central government for each province in proportion to the local population. The provinces in turn determine the quotas for each district, the districts doing the same for the communes and the communes for the villages. In theory, only men aged 17 to 45 years old were requisitioned but it frequently happens that women or teenagers are designated for want of any other person available in the family. For the whole country, each departure gathered an average of 100,000 to 120,000 persons. (...) According to an official of the Ministry of Defense who took refuge in Thailand, the work, at the national level, is placed under the responsibility of Bou Thang, Hun Sen and Heng Samrin, respectively Minister of Defense, Secretary General of the party and President of the Republic. (...)

When they arrive at the sites, nothing is planned to accommodate and shelter the workers. "When we arrived", said Touch Saroeun (a participant), "thousands of workers had preceded us. We were maybe ten thousand coming from several provinces. There was no shelter at all. It was useless to seek to build a cabin, because we were moved every day. Some of us had hammocks, others had nothing. They slept on the ground, on bits of plastic sheets or even on the soil." (...) Food remains very insufficient. (...) The stocks run out quickly. "We were told that there would be every thing on the spot, tells a villager from Takeo. But once there, there was nearly nothing to eat." (...) Thory, a young woman from Battambang, said that in her group, "several people died of starvation. It was like under the Pol Pot regime." (...) It was forbidden to seek food during work time. A Khmer Krom who participated in the clearing work in Non Sap area, a site renowned for its hardship, recalls: "One day, I walked away for a short while to try to fish in a pond. The soldiers saw me. I was caught and beaten for a long time. That often happens because many people were hungry." (...) In some areas, the local authorities were unable to supply food to the workers. These starvation rations were supposed to be enough to carry out an exhausting and dangerous work: the "volunteers" have to clear mined lands, excavate trenches, build roads, carry equipment, ammunition, corpses, demine the land and put mines in it again along the "wall". Everywhere the testimonies are identical. The workers are dispatched in small teams and worked eight to ten hours a day. Each one is assigned a determined amount of work to be accomplished during the day, otherwise the penalties such as blows or extra chores are frequent. In Samrong, Nong Rus had to "clear the land, carry crates of ammunition and sometimes corpses of soldiers or workers blown up on a mine". (...) The sites were watched over by Khmer soldiers, themselves supervised by the Vietnamese army. Fleeing, practically excluded, was impossible during day time, and very risky at night time because of the mines. Several refugees told of having been herded for the night on lands surrounded by mines. "Any attempt to escape amounted to a suicide. A mine belt had been laid around the camps which were accessible only through a narrow path. A few Vietnamese soldiers were enough to watch over us", said Chhay. In another group, "seventy people were given the order to watch over the others. They were given guns. They were themselves monitored by the Vietnamese. If anyone tried to flee, he was often shot on the spot. Others have been caught and taken to jail in Battambang."

Sunnara, from Prey Veng, was obliged to guard the "volunteers". "We did not have any choice, the Vietnamese were after us. The rare persons who tried to escape were recaptured and savagely beaten, then taken to jail. Some have been executed." Sareth, from Pursat, was demining: "Often those who were blown on the mines were accused of wanting to flee. In fact, these were accidents because we did not know at all where the mines were." (...) Since the beginning of the work in September 1984, the K5 plan, described by some people as a "new genocide", made tens of thousands of victims. (See "Un nouveau génocide", Philippe Pacquet, La Libre Belgique, 26 May 1986).

Accidents caused by mines were frequent. Nobody knows where they are laid because the Khmer-Thai frontier has been successively mined for years by the Khmer Rouge, the Vietnamese, and the non-communist resistance. (...) Many died on Non Sap site during the first year of work, toward the end of 1984. "Corpses could be found in several places", said Thory. "We had to cremate them. Sometimes I had to carry ammunition for quite long distances. Along the way, in the forest, we found corpses of the workers who preceded us and blew up on mines." Her testimony is confirmed by that of other persons who had worked in the same area. In a group of villagers from Bavel, ten people died that way, and eight in another group. It also happened that trucks carrying "volunteers" blew up on mines. In Sitha's convoy, two trucks were disintegrated. Out of the hundred people carried by each truck, more than half of them died and most of the others were injured. In March 1985, on the way to Pursat, a nurse from Prey Veng saw the truck that preceded his blow up. About twenty "volunteers" were killed and another fifty wounded. (...) The victims of landmines had little chance of surviving their injuries. First-aid posts located on the sites did not have the required personnel or equipment to tend them. It took sometimes several days to evacuate a wounded person to the nearest provincial hospital. Moreover, competent surgeons are rare. Like all their colleagues they devote part of their time to political activities and are not always available. Even if they were, they did not have any blood for transfusion, or antibiotics or oxygen, or sometimes even gauze and disinfectant. The people severely injured die. (...) In 1985, in Kandal, about a hundred injured people from the first contingent died and tens of others had amputations. In Prey Veng, fifty-six workers from the second contingent died on landmines. (...) However, mines did not take the heaviest toll on human lives, but malaria did. This is not surprising at all, when the areas where the clearing were done were known to be infested by malaria. (...) Since the beginning of the labor at the border, the same phenomenon occurred as during deportations by the Khmer Rouge regime: "volunteers" [coming from the central plains where malaria is rare in normal time] uprooted overnight to severely malaria-infested zones are very sensitive to the disease. Virtually all of them are infected in no time and the development of serious cases is furthered by malnutrition and exhaustion. All the witnesses talk about malaria as a real scourge. Moreover, once ill, the "volunteers" are forced to continue to toil to the point of exhaustion. (...) While in the beginning the K5 plan was very secret and little mentioned on the radio, by mid-1985 reports similar to those celebrating enthusiasm on the working sites of the Khmer Rouge regime started to be heard: "Our people now live in joy. They thrive to overcome all the obstacles by voluntarily participating in the work of defense of the fatherland, at the same time building a new life on this earth they have become the master of." (Radio Phnom Penh, 22 August 1986). Of all of the contingents, the first one, leaving on September 1984, was hit the hardest. These first "volunteers" were decimated by malaria, starvation and landmines. During the first semester of 1985, tens of thousands of workers returned home, as well as they could. (...) During our outings in the provinces, the sight of infirmaries recalled the Thai borders during 1979: everywhere malnourished men, exhausted, often packed on the bare ground. Wherever we went, in the provinces, in the districts, 80% to 90% of the "volunteers" returned ill. The mortality rate was very high, between 5 and 10%. In Kandal province, out of 12,000 workers, there were 9,000 cases of malaria and 700 dead. In a district of Takeo, out of 1,100 who left for labor, 900 came back with malaria and 56 died. In one of Kompong Chhnang's districts, 10% of the "volunteers" had succumbed to malaria. (See "Malaria decimates border workers", AFP, Lucien Maillard, 27 August 1985; "Forced Human Bondage", Far Eastern Economic Review, 22 August 1985; Marie-Alexandrine Martin, "Une nouvelle colonie d'exploitation", Politique internationale, summer 1985). * A few officials were reported to have shown some opposition to the continuation of the work notwithstanding the cost in human lives. The then-Prime Minister himself, Chan Sy, would have been one of those, which was why many Cambodians saw with suspicion his sudden demise in 1985. (...)

The toll for the first two years of the K5 plan was heavy. According to the least alarming estimates, at least one million people participated in the labor from September 1984 to end of 1986. (The ninth contingent left for the border in October 1986. Let us bear in mind that each contingent numbered an average of 120,000 persons). The mortality rate from malaria amounted to around 5%, so there would have been a minimum of 50,000 dead during this period. According to an official from the Ministry of Defense, now a refugee in Thailand, his department estimated in March 1986 that 30,000 people died since the beginning of the labor. This assessment does not take into account tens of thousands of sick, wounded and crippled people. (...) In Phnom Penh, at the orphanage for "juniors", the number of abandoned children has considerately increased since the beginning of the work . The death of the husband at the clearing work constitutes the main reason given by the mothers who can no longer work and take care of the child a the same time. During our outings in the provinces, it was rarer and rarer to see men tilling the fields and most of the time women planted, bedded plants or harvested, on their own. In each home, the departure of a person, most of the time a man, for many months, lowers the family production and even after their returns, the men often lack the strength to work again for many weeks. (...)

(In 1985, according to an official of the Ministry of Agriculture), only 60 to 70% of the rice fields cultivated the preceding year were being sown, because the workforce was considerably decreased by the requisitions for clearing, armed forces and the defense militia of the villages. (...) At the end of 1985, the Ministry of Agriculture forecast a deficit of 250,000 tons of paddy for the harvest to come. (...) General mobilization of the population for labor at the border was responsible for a great deal of the agricultural deficit. (...) Of all the aspects of the Vietnamese occupation, the K5 plan is no doubt the most worrying. Officially, the construction of the wall was to meet the need to defend the country against infiltration by the resistance forces based at the Khmer-Thai border. (...) Even if we suppose that the resistance constitutes a real threat to Phnom Penh, all the military experts, all the observers agree to say that the "wall", a mere bamboo fence, is incapable of stopping infiltration. Besides, no defense line is efficient unless it is guarded all along its length. The construction itself went more slowly than planned, and, three years after the work started, only a few sections were completed. (...) The defense line could not benefit from any strategic credibility in so far as infiltration from outside was concerned.

Under these conditions, it would be wise to look elsewhere for the reason for this murderous extravaganza. The "defense line", if it did not hamper the resistance, constitutes a real obstacle for the population to escape to Thailand. (...) Among the Cambodians, a few people believe the Vietnamese intended by this means to insidiously eliminate one part of the life force in Cambodia. This premise can be questioned all the more by the reminiscence of Khmer Rouge methods in the construction of this wall. But adversely, it is undoubtedly true that through this undertaking the regime was able to maintain the population in a permanent state of mobilization and maybe this is where we should find the main justification of this undertaking. Whatever it was meant for, the K5 plan looks like a strategically absurd undertaking, triggered mainly by internal political reasons, hard to explain, for which the Khmer people have already paid the tribute in tens of thousands of human lives. (See "A fence to be tested", Jacques Beckaert, Bangkok Post, 15 May 1986, and "The military occupation of Kampuchea", Indochina Report, September 1986). Maybe the rationale behind the K5 plan was one of the self-contradictions of this regime, which leads many Cambodians to compare it to the Khmer Rouge.
In 1986, thousands of refugees arrived at the Khmer-Thai border. Fear of returning to the labor of "defense of the fatherland" came first among the reasons that made them flee. (...) Despite the testimonies of these refugees, the K5 plan raised little interest abroad. A few rare journalists have described the work without triggering any international reaction to this new tragedy of the Khmer people. (The first journalist to have mentioned it at length in a French daily was Jean-Claude Pomonti, in an article entitled "Le mur vietnamien" (the Vietnamese Wall) published in Le Monde, 5-6 May 1986). Shortly before my departure from Phnom Penh, a Cambodian bitterly confided to me: "Nobody did anything for us during Pol Pot era, the same now, you can bet!".

French Version

(Le document pour la réunion de Groupe de Consultative dans Paris. 25-26 le 2000 mai)

le NUMERO DEUX DE POT DE POL les Crimes VIVANTS CALMES contre l'humanité commise par le Rouge de Khmer sous la direction de Pot de Pol de 1975 à 1979 ne doit pas faire nous oublie d'autres crimes de nature pareile, bien que commis sur un à petite échelle, aussi commis dans Cambodge. Ceux-ci sont des crimes commis de 1984 à 1989 sous le régime de la République populaire de Kampuchea avec M. Hun Sen comme le Premier Ministre. Le suivre est un extrait de cinq page du livre du Luciolli de Esmeralda de Médecin "Le Mur de Bambou - le Pot de Pol de après de Cambodge de Le" (Le Mur en bambou: Cambodge après le Pot de Pol) publié dans 1988 par l'Edition de Deforges de Régine - Médecins sans Frontières (Distribué par Albin Michel).

LE MUR EN BAMBOU que La décision de construire ce que serait bientôt appelé le "le mur en bambou" n'a jamais été publiquement annoncé. En juillet 1984, les rumeurs mystérieuses quelques morceaus a atteint dont nous a circulés entre les Cambodgiens. À partir de chaque celui doit aller à la frontière pour plusieurs mois par an, dans mined de régions et extrêmement infecté par malaria, pour construire quelque nouveau genre de Mur Chinois entre Cambodge et Thaïlande. L'idée a paru si sotte que beaucoup d'étrangers ont pensé ils voyaient seulement un exemple du Khmers' la tendance supposée pour exagérer.

Après quelques semaines, ils devaient accepter les faits: les départs ont commencé et ces main-d'oeuvre sont devenues bientôt une crainte de obsessive de tous Cambodgiens. L'armée vietnamiene avait commencé à enrôler les civils de Khmer pour faire le travail stratégique depuis 1979. Premier sur, dans l'automne de 1982, la population a été faite participer dans "le service socialiste". Ce travail a consisté en les barrages de bâtiment, les routes et earthworks approchent de leurs demeures et sont révélés utile aux habitants.

Mais très rapidement, cette tâche a pris un virage stratégique et les paysans ont été commandés d'éclaircir les forêts qui entourent et construit des barrières protectives vers les la plupart des centres importants qui demeurent. Commencer dans 1983, la population a été faite créer des clôtures de deux ou trois rangs d'arbrisseaux ou le bambou piqûrees, parfois revêtu par les champs de mine, vers les villages. Les gens ont été aussi forcés à établir des barrières défensives le long des chemins de fer, vers les ponts et aux points stratégiques des routes. (...) Cependant, les premières corvées durées seulement un temps court et n'a pas exigé de déplacement de la population.

Dans 1984, une nouvelle étape a été atteinte: la population du pays a été mobilisée pour les main-d'oeuvre gigantesques a désigné officiellement comme "le travail pour défendre la patrie". Au commencement de cette année, les autorités vietnamienes ont décidé de sceller la frontière Thaïlandais. La saison sèche choquante de 1984-1985 a détruit les camps majeurs de la résistance localisée dans ces domaines. Pour renforcer cette victoire ils devaient sceller solidement le pays contre l'infiltration par les guérillas et empêchent la population de fuir à la frontière. A cette fin, la décision établir un "défense ligne" huit cent kilomètres longs ont été faits dans Hanoï, dans début de l'année 1984, par le vietnamien Communiste Parti central comité. de de la les. (L'Evêché "Cambodge, une nouvelle colonie pour l'exploitation" par Martin de Marie Alexandrin, Politique internationale, le 1986 juillet et "L'occupation militaire de Kampuchea", le Rapport de Indochina, le 1986 septembre). La construction de ce "mur" Asiatique était être exécutée dans plusieurs étapes: premier, éclaircir d'une bande de terre trois à quatre kilomètres larges le long de la frontière, par les forêts et les montagnes; les tranchées qui creusent alors, établir des barrages, construire les clôtures en bambou revêtues avec les champs de fil de fer barbelé et mine; et finalement l'ouverture d'une route stratégique qui court le long du "mur", transmettre des troupes et des munitions et contrôle la frontière. Les autorités cambodgiennes étaient chargées de l'implémentation de projet. Tout nous mène à croire que ce travail avait fini comme rapidement comme possible, quoi que le coût dans les vies humaines et les conséquences économiques, dans l'ordre "se battre contre les bandits de Polpotist dans la forêt, qui puisque la destruction de leurs camps du début à la fin la frontière Thaïlandais s'infiltre dans le pays pour voler la nourriture et s'il vous plaît leurs maîtres dans le Pékin ou Washington" (Phnom penh de Radio, 21 le 1986 septembre). Ces main-d'oeuvre Herculéennes rappellent l'une gigantesque entreprise pendant le temps du Pot de Pol. A les dirigeants pas actuels une commune passée et idéologie avec l'une chargée du régime précédant? Le requisitioning de civils a commencé en septembre 1984. Les Cambodgiens se réfèrent souvent au départ à l' "éclaircit" le devoir comme un nouveau le 17 avril. (17 Le 1975 avril les marques l'entrée du Rouge de Khmer dans Phnom penhEt la plupart des Cambodgiens le commencement d'une épreuve).

Le travail est désigné par l'acronyme mystérieux "K5", qui les Cambodgiens, quand demandé, n'a pas su le sens de. Chaque province cambodgienne a été assignée la tâche de construire une section du mur. Deux fois ou trois temps par an un contingent d'ouvriers, les "volontaires" soi-disant, a été recruté pour les périodes qui varient de trois à de six mois, selon la série de quote-part par le gouvernement central pour chaque province en proportion de la population locale. Les provinces dans le virage déterminent les quote-parts pour chaque district, les districts qui font pareils pour les communes et les communes pour les villages. En théorie, seulement les hommes ont vieilli 17 à 45 années vieilles a été requisitioned mais il arrive fréquemment que les femmes ou les adolescents sont désignés faute de l'autre personne disponible dans la famille. Pour le pays entier, chaque départ a rassemblé une moyenne de 100,000 à 120,000 personnes. (...) Selon un officier du Ministère de Défense qui s'est réfugié dans Thaïlande, le travail, au niveau national, est placé sous la responsabilité de Bou Thang, de Hun Sen et de Heng Samrin, respectivement le Ministre de Défense, le Général de Secrétaire du parti et le Président de la République. (...) Quand ils arrivent aux sites, rien n'est eu l'intention d'accommoder et abriter les ouvriers. "Quand nous sommes arrivés", Saroeun dit de Touche (un participant), "les milliers d'ouvriers nous avaient précédés. Nous étions peut-être dix mille prochain de plusieurs provinces. Il n'y avait pas d'abri à tout. C'était inutile à chercher à construire une cabine, parce que nous avons été déplacés tous les jours. Une partie de nous avions des hamacs, les autres n'avaient rien. Ils ont dormi sur le sol, sur les morceaus de draps en matière plastique ou même sur le sol." (...)

La nourriture reste très insuffisante. (...) Les stocks courent hors rapidement. "Nous avons été dits que cela il y aurait chaque chose sur place, dit un villager de Takeo. Mais une fois là-bas, il y avait presque de rien manger." (...) Thory, une jeune femme de Battambang, dit que dans son groupe, "plusieurs gens sont morts de famine. C'était comme sous le régime de Pot de Pol." (...) Il a été défendu pour chercher la nourriture pendant le temps de travail. Un Khmer Krom qui a participé hors de danger le travail dans le domaine non-Sève, un site renommé pour sa tribulation, ses rappels: "Un jour, j'ai marché loin pour un court pendant qu'essayer de pêcher dans un étang. Les soldats m'ont vu. J'ai été attrapé et ai été battu pour un temps long. Cela arrive souvent parce que beaucoup de gens avaient faim." (...) Dans quelques domaines, les autorités locales étaient incapablees pour fournir la nourriture aux ouvriers. Ces rations de famine ont été supposées pour être assez d'exécuter un épuiser et le travail dangereux: les "volontaires" doivent éclaircir les terres de mined, creuser des tranchées, construire des routes, porter l'équipement, les munitions, les cadavres, demine la terre et a mis des mines dans il encore le long du "mur". Partout les témoignages sont identiques. Les ouvriers sont envoyés dans les petites équipes et ont travaillé huit à dix heures un jour. Chaque celui est assigné une quantité déterminée de travail être accomplie pendant le jour, autrement les peines tel que les coups ou extra-les corvées sont fréquentes. Dans Samrong, Nong Rus "devait éclaircir la terre, porter des caisses de munitions et parfois les cadavres de soldats ou les ouvriers ont fait sauter sur une mine". (...)

Les sites ont été regardés par-dessus par les soldats de Khmer, se surveillé par l'armée vietnamiene. Fuir, pratiquement exclu, était impossible pendant le temps de jour, et très risqué la nuit le temps à cause des mines. Plusieurs réfugiés dits d'ayant été ont herded pour la nuit sur les terres entourées par les mines. "N'importe quelle tentative pour échapper s'est revenu à un suicide. Une ceinture de mine avait été placée vers les camps qui étaient accessible seulement par un sentier étroit. Quelques-uns soldats vietnamiens étaient assez de regarder par-dessus nous", Chhay dit. Dans un autre groupe, "soixante-dix gens ont été donnés à l'ordre pour regarder par-dessus les autres. Ils ont été donnés des fusils. Ils s'étaient contrôlé par le Vietnamien. Si n'importe qui a essayé de se fuir, il était souvent le coup sur place. Les autres ont été attrapés et ont été pris à la prison dans Battambang." Sunnara, de Veng de Proie, a été obligé à garder les "volontaires". "Nous n'avons pas eu de choix, le Vietnamien était après nous. Les personnes rares qui ont essayé échapper s'ont été reprises et ont été battues sauvagement, a été pris alors à la prison. Quelques-uns ont été exécutés." Sareth, de Pursat, deminiait: "Souvent ceux-là qui ont été soufflés sur les mines ont été accusés de vouloir se fuir. En fait, ceux-ci étaient des accidents parce que nous n'avons pas su du tout où les mines étaient." (...)

Puisque le commencement du travail en septembre 1984, le K5 projet, décrit par quelques gens comme un "le nouveau génocide", a fait dizaines de milliers de victimes. (L'Evêché "Un génocide nouveau", Philippe Pacquet, La Libre Belgique, 26 le 1986 mai). Les accidents causés par les mines étaient fréquents. Personne sait où ils sont placés parce que la frontière Khmer Thaïlandais a été successivement mined pour les années par le Rouge de Khmer, le Vietnamien, et la résistance non communiste. (...)

Beaucoup mort sur le site non-Sève pendant la première année de travail, vers la fin de 1984. "Les cadavres pourraient être trouvés dans plusieurs endroits", Thory dit. "Nous devions les incinérer. Parfois je devais porter des munitions pour les distances tout à fait longues. En cours de route, dans la forêt, nous avons trouvé des cadavres des ouvriers qui avons précédé nous et avons fait sauter sur les mines." Son témoignage est confirmé par que d'autres personnes qui avait travaillé dans le domaine pareil. Dans un groupe de villagers de Bavel, dix gens sont morts cette façon, et huit dans un autre groupe. Il est arrivé aussi que les camions "volontaires" qui portent ont fait sauter sur les mines. Dans le convoi de Sitha, deux camions ont été désintégrés. Des cent gens portés par chaque camion, plus que la moitié d'eux est morte et la plupart des autres a été endommagée. En mars 1985, sur le chemin à Pursat, une infirmière de Veng de Proie a vu le camion qui a précédé son fait sauter. À peu près vingt "volontaires" a été tué et un autre cinquante blessé. (...) Les victimes de landmines avaient le petit hasard de survivre leurs blessures. Les premiers secours postent localisé sur les sites n'a pas eu le personnel ou l'équipement exigés pour les avoir tendance. Il a pris parfois plusieurs jours pour évacuer une personne blessée à l'hôpital provincial plus proche. Les chirurgiens de plus, compétents sont rares.

Comme tous leurs confrères ils consacrent la partie de leur temps aux activités politiques et ne sont pas toujours disponible. Même s'ils étaient, ils n'ont pas eu de sang pour la transfusion, ou les antibiotiques ou l'oxygène, ou parfois même la gaze et le désinfectant. Les gens sévèrement endommagé meurent. (...) Dans 1985, dans Kandal, d'un cent gens endommagés des premiers contingents morts et de dizaines d'autres avait des amputations. Dans Veng de Proie, les ouvriers de cinquante six du deuxième contingent mort sur landmines. (...) Cependant, les mines n'ont pas pris le droit de passage plus lourd sur les vies humaines, mais malaria a fait. Ceci n'étonne pas du tout, quand les domaines où l'éclaircit ont été fait ont été su être infesté par malaria. (...) Puisque le commencement de la main-d'oeuvre à la frontière, le phénomène pareil a arrivé comme pendant les déportations par le régime de Rouge de Khmer: les "volontaires" [venir des plaines centrales où malaria est rare dans le temps normal] déraciné du jour au lendemain aux zones sévèrement malaria infesté sont très sensible à la maladie. Pratiquement les tous sont infecté en moins de rien et le développement de cas sérieux est furthered par la sous-alimentation et l'épuisement. Tous les témoins parlent de malaria comme un vrai fléau. De plus, une fois malade, les "volontaires" sont forcés à continuer à peiner au point d'épuisement. (...)

Pendant que dans le commencement du K5 projet était très secret et petit mentionné sur le radio, par mi-1985 rapports similaires à ces enthousiasme qui célèbre sur les sites qui travaillent du régime de Rouge de Khmer a commencé être entendu: "Nos gens habitent maintenant en la joie. Ils prospèrent pour surmonter tous les obstacles en participant volontairement dans le travail de défense de la patrie, en même temps construisant une nouvelle vie sur cette terre ils sont devenus le maître de." (Phnom penh de radio, 22 le 1986 août). De tout le contingent, le premièrement celui, partir le 1984 septembre, a été frappé le plus dur. Ceux-ci les premiers "volontaires" ont été décimé par malaria, la famine et landmines. Pendant le premier semestre de 1985, dizaines de milliers d'ouvriers maison retournée, de même qu'ils pourraient. (...) Pendant nos sorties dans les provinces, la vue de infirmaries a rappelé les frontières Thaïlandais pendant 1979: partout les hommes de malnourished, épuisés, souvent emballés sur le sol nu. Où que nous sommes allés, dans les provinces, dans les districts, 80% à 90% des "volontaires" retournés malades.

Le taux de mortalité était très haut, entre 5 et 10%. Dans la province de Kandal, de 12,000 ouvriers, il y avait 9,000 cas de malaria et 700 mort. Dans un district de Takeo, de 1,100 qui part pour la main-d'oeuvre, 900 sont revenu avec malaria et 56 mort. Dans celui de districts de Chhnang de Kompong, 10% des "volontaires" avait succombé à malaria. (L'Evêché "Malaria décime les ouvriers de frontière", AFP, Lucien Maillard, 27 le 1985 août; "l'Esclavage Humain Forcé", la Revue Economique Loin de' est, 22 le 1985 août; Martin de Marie Alexandrin, "le d de colonie de nouvelle de Une' l'exploitation", Politique internationale, l'été 1985). (...) Quelques officiers ont Eté rapportés avoir montré quelque opposition au prolongement du travail néanmoins le coût dans les vies humaines. L'alors Premier Ministre se, Chan Sy, celui aurait été de ceux-là, qui était pourquoi beaucoup de Cambodgiens ont vu avec le soupçon sa fin soudaine dans 1985. (...) Le droit de passage pour le premier deux années du K5 projet était lourd. Selon le moindre qui alarme des estimations, au moins un gens de million ont participé dans la main-d'oeuvre du 1984 septembre terminer de 1986. (Le neuvième contingent part pour la frontière en octobre 1986. Nous laisser n'oubliez pas qui chaque contingent a numéroté une moyenne de 120,000 personnes). Le taux de mortalité de malaria est revenu à vers 5%, donc il y aurait eu au moins 50,000 mort pendant cette période. Selon un officier du Ministère de Défense, maintenant un réfugié dans Thaïlande, son service a estimé en mars 1986 que 30,000 gens sont morts depuis le commencement de la main-d'oeuvre. Cette évaluation ne tient pas compte de dizaines de milliers de gens malades, blessés et paralysés. (...)

Dans Phnom penh, à l'orphelinat pour "junior", le numéro d'enfants abandonnés a augmenté prévenamment puisque le commencement du travail. La mort du mari à l'éclaircit le travail constitue la raison principale donnée par les mères qui ne peut plus le travail et occupe de l'enfant un temps pareil. (...) Pendant nos sorties dans les provinces, c'était plus rare et plus rare pour voir du tilling d'hommes les champs et la plupart des femmes de temps plantées, les plantes de bedded ou moissonné, sur leur propre. Dans chaque maison, le départ d'une personne, la plupart du temps un homme, pour de beaucoup mois, abaisse la production de famille et même après leurs retours, les hommes manquent souvent la force pour travailler encore pour beaucoup de semaines. (...) (Dans 1985, selon un officier du Ministère d'Agriculture), seulement 60 à 70% des champs de riz ont cultivé l'année précédant était semée, parce que le workforce a été considérablement diminué par les demandes pour éclaircit, les armées et la milice de défense des villages. (...) A la fin de 1985, le Ministère de prévision d'Agriculture un déficit de 250,000 tonnes de paddy pour la moisson pour venir. (...) La mobilisation générale de la population pour la main-d'oeuvre à la frontière était responsable de beaucoup du déficit agricole. (...) De tous les aspects de l'occupation vietnamiene, le K5 projet est sans aucun doute le plus de souci. Officiellement, la construction du mur était de répondre aux besoins pour défendre le pays contre l'infiltration par la résistance force basé à la frontière de Khmer Thaïlandais. (...) Même si nous supposons que la résistance constitue un vrai Phnom penh de menace, tous les experts militaires, tous les observateurs consentent à dire que le "mur", une simple clôture en bambou, est incapable d'arrêter d'infiltration. En plus, aucune ligne de défense est efficace à moins qu'il est gardé du début à la fin sa longueur. La construction lui-même est allé plus lentement que planifié, et, trois années après le travail commencé, seulement quelques sections ont été complétées. (...)

La ligne de défense ne pourrait pas profiter de la crédibilité stratégique dans jusqu'ici comme l'infiltration d'hors d'a été concerné. Sous ces conditions, ce serait sage pour regarder ailleurs pour la raison pour ce extravaganza meurtrier. Le "la ligne de défense", s'il n'a pas entravé la résistance, constitue un vrai obstacle pour la population pour s'échapper à Thaïlande. (...) Entre les Cambodgiens, quelques gens croient que le Vietnamien a projeté par ceci signifie à insidiously élimine une partie de la force de vie dans Cambodge. Cette prémisse peut être questionnée tout le plus par le reminiscence de méthodes de Rouge de Khmer dans la construction de ce mur. Mais contrairement, c'est sans aucun doute vrai que par cette entreprise du régime pouvait maintenir la population dans un état permanent de mobilisation et peut-être ceci est où nous devons trouver la raison principale de cette entreprise. Quoi qu'il a été signifié pour, le K5 projet a l'air d'une entreprise stratégiquement absurde, déclenchée principalement par les raisons politiques internes, dures à expliquer, pour lequel les gens de Khmer ont payé déjà le tribut dans dizaines de milliers de vies humaines.

(L'Evêché "UNE clôture être essayée", Jacques Beckaert, la Poste de Bangkok, 15 le 1986 mai, et "L'occupation militaire de Kampuchea", le Rapport de Indochina, le 1986 septembre). Peut-être le raisonnement derrière le K5 projet était une des soi contradictions de ce régime, qui mène beaucoup de Cambodgiens le comparer au Rouge de Khmer. Dans 1986, les milliers de réfugiés sont arrivés à la frontière de Khmer Thaïlandais. La crainte de retourner à la main-d'oeuvre de "la défense de la patrie" est venu premièrement entre les raisons qui a fait les se fuit. (...) En dépit des témoignages de ces réfugiés, le K5 projet est élevé le petit intérêt à l'étranger. Quelques-uns journalistes rares ont décrit le travail sans déclenche la réaction internationale à cette nouvelle tragédie du KhmerGens. (Le premier journaliste l'avoir mentionné longuement dans un français était quotidiennement Pomonti de Jean Claude, dans un article autorisé "Le mur vietnamien" (le Mur vietnamien) publié dans Le Monde, 5-6 le 1986 mai). Bientôt avant de mon départ de Phnom penh, un Cambodgien m'a confié amèrement: "Personne n'a rien fait pour nous pendant l'ère de Pot de Pol, pareile maintenant, vous pouvez parier!"
Password:
Post Response | Return to Index | Read Prev Msg

POLITICS FORUM is maintained by Webmaster at #CAMBODIA WEB.